7 raisons de dormir dans le noir total

Suivez & Partagez

Les chambres, de nos jours, sont polluées, inondées de lumières ; de la luminosité de l’écran de votre ordinateur à la lueur de votre radio-réveil, les sources sont innombrables. Seulement, une exposition chronique à cette pollution lumineuse entraîne une avalanche de problèmes de santé.

Améliorer son sommeil

Pour comprendre pourquoi l’exposition à la lumière durant la nuit est dramatique pour notre santé, nous devons remonter à nos origines, à l’âge de pierre. Durant cette période nos ancêtres étaient exposés à deux types de lumière, ils permettaient de réguler l’un des cycles fondamentaux de notre organisme : le rythme circadien, rythme biologique regroupant tous les processus qui ont une durée d’environ 24 heures. Durant la journée nous avions le Soleil, et la nuit nous avions la Lune, les étoiles, ainsi que la lumière des feux de camp. Le rythme de nos journées s’enchaînait naturellement, notre horloge biologique était bien réglée.

Aujourd’hui, les choses sont très différentes : la lumière artificielle perturbe en permanence notre organisme. Bien que d’intensité inférieure à celle du Soleil, elle est souvent bien supérieure à celle de la Lune et des étoiles :

Eclairage moyen

La différence d’intensité entre la lumière du jour et celle de la Lune est considérable, c’est cette différence qui déclenche une cascade d’évènements biologiques, comme la production de mélatonine et de cortisol.

La lumière est une drogue

L’inhibition de la sécrétion de mélatonine par l’organisme est un des éléments-clés pour comprendre pourquoi la lumière artificielle détériore votre sommeil, et votre santé. Elle est sécrétée par la glande pinéale, située dans le cerveau, en réponse à l’absence de lumière pour réguler notre cycle sommeil-éveil. Elle abaisse la pression sanguine, la glycémie, et la température corporelle qui sont les facteurs indispensables à une nuit de sommeil reposante. La lumière agit comme une drogue, bien que ce n’en soit pas une.

La partie de votre cerveau qui contrôle votre horloge biologique est appelée noyau suprachiasmatique (NSC), un groupe de cellules sensibles à la lumière situé dans l’hypothalamus. Si exposés à la lumière, les yeux transmettent un signal nerveux au NSC qui répond immédiatement en signalant au cerveau que c’est le moment de se réveiller. Il déclenche aussi la diminution de la température corporelle ainsi que la production de cortisol. Le taux de cortisol est au plus haut quelques minutes après le réveil, puis diminue progressivement jusqu’à atteindre son minimum durant la nuit. Un taux élevé de cortisol stabilise le métabolisme des graisses, protéines et glucides, et permet la modulation des fonctions immunitaires. Un taux faible favorise le sommeil.

Mais la pollution lumineuse augmente artificiellement le taux de cortisol durant la nuit. Cela perturbe le sommeil et entraîne de nombreux problèmes tels que l’insulino-résistance, l’augmentation de la masse graisseuse, des inflammations systémiques. Elle contribue aussi au manque de sommeil et perturbe la neurorégulation de l’appétit.

Si vous dormez dans le noir le NSC n’est plus activé et votre corps produit la quantité nécessaire de mélatonine à une bonne nuit de sommeil. De plus, la sécrétion de mélatonine dépend aussi de l’exposition à la lumière de la veille.

La lumière avant le couché

Des études ont montré que l’exposition à la lumière artificielle avant le coucher diminue de 90 minutes la sécrétion de mélatonine. De plus, une exposition à la lumière artificielle cumulée à un manque de sommeil diminue de plus de 50% le taux de mélatonine.

Donc l’utilisation d’ordinateurs, tablettes, smartphones ou de tout autre écran lumineux avant de vous coucher nuit à votre sommeil. Et pour en rajouter encore une couche : la plupart des objets high-tech émettent de la lumière bleue, l’inhibiteur de mélatonine le plus efficient. En effet les mélanopsines, photopigments de la rétine intervenant dans la régulation du cycle circadien, sont particulièrement sensibles à cette longueur d’onde.

Récemment des scientifiques américains ont alerté les étudiants sur l’impact de l’utilisation d’écran d’ordinateur sur les taux de mélatonine, mais pas seulement : “Il est important de savoir que l’utilisation d’appareils rétro-éclairés peut perturber le sommeil même si la mélatonine est sécrétée normalement. Il apparaît clairement que les activités effectuées sur ces appareils engendrent des stimuli pouvant entrainer une perturbation du sommeil”.

Le lien avec le cancer

Malheureusement toutes ces perturbations hormonales et biochimiques ont des effets importants en aval – le cancer étant l’un d’entre eux. Les scientifiques ne savent pas encore l’expliquer, mais les études montrent des corrélations.

Par exemple, une étude réalisée sur un groupe de 1670 femmes, ayant été exposées à une intensité lumineuse plus élevée que la normale durant leur sommeil, a montré une augmentation de 22% du risque de cancer du sein par rapport à celles qui dormaient dans le noir total. La cause ? Le dérèglement des hormones engendré par la suppression de la mélatonine.

Dans une autre étude, des chercheurs ont implanté des xénogreffes du cancer chez des rats sains. Les rats recevant le sang de femmes dormant dans le noir ont vu la taille de leur tumeur décroître, tandis qu’elle augmentait chez les rats dont le sang provenait de femmes exposées à la lumière durant leur sommeil.

Cela a malheureusement des conséquences pour les travailleurs faisant les postes. Une étude a montré que les infirmières travaillant de nuit sont plus fréquemment touchées par le cancer du sein que les infirmières ne travaillant que le jour.

Dépression et réponse immunitaire

La luminosité n’a même pas besoin d’être élevée pour causer des problèmes. L’exposition chronique à une lumière faible au cours de la nuit conduit à des symptômes dépressifs chez le hamster. Il est toutefois possible d’inverser ces effets en stoppant cette exposition. Les scientifiques soupçonnent le FNT d’être responsable de ces symptômes.

L’exposition chronique à la lumière durant le sommeil est aussi associée avec un affaiblissement du système immunitaire.

Réflechissez-y à deux fois la prochaine fois que vous laissez la moindre lumière allumée en vous couchant.

Et bien d’autres…

La mélatonine a aussi des propriétés antioxydantes qui ont pour effet de ralentir le vieillissement. Des chercheurs ont réussi à traiter artificiellement – en réduisant le stress oxydatif – des souris âgées avec de la mélatonine. D’autres études ont également montré un lien entre taux faible de mélatonine et maladies cardiovasculaires.
La lumière durant la nuit dérègle aussi le rythme de vos repas, entraînant un gain de poids, les scientifiques ont trouvé des corrélations entre des niveaux bas en mélatonine et le diabète.

Les chercheurs sont d’accord sur un point : nous devons garder nos chambres aussi noires que possible et éviter la lumière bleue avant le coucher. Vous devriez donc éteindre toutes les sources de lumières, fermer vos volets et rideaux. Et si possible, évitez l’utilisation de tablette, smartphone ou ordinateur une heure avant le coucher.

Plus facile à dire qu’à faire… Si vous ne pouvez vraiment pas vous séparer de vos écrans je vous conseille d’utiliser f.lux, un logiciel qui change la couleur et la luminosité de votre écran en fonction de l’heure de la journée.

Comments

  1. Gill Rheaume says

    SUPER c’est très intéressant de lire des choses que la majorité des gens ne savent pas c’est très facile de corriger une manie que l’on a et cela sans savoir et qui n’est pas bonne pour la santé.. Souvent les gens vont dire fait pas ça mais pourquoi??? mais en vous lisant vous nous dites pourquoi et remplace par quoi .
    Merveilleux quand c’est pour améliorer notre façon de vivre je suis ouvert à tout commentaire.
    MERCI MERCI C’est du très beau travail accompli Bravo.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *